Numero 01
RETRO VINTAGE | index
ECOLOGIE | index
CENTRE DE RECHERCHE | index
SPORTS | index
DOSSIERS DE L'HISTOIRE | index
HISTOIRE | index
HEROS DE L HUMANITE | index
TERRA ACADEMIE | index
TERRA TEEN'S | index
TERRA PLUS | index
LA CHAINE TV | index
Terra Teen's Magazine | Numero 01
LA CHAINE TV | index

TerraTEEN'S Magazine est un magazine d’information culturel réservé aux adolescents entre 10 et 18 ans.

Sébastien Roubinet, Vincent Colliard et Éric André n’ont vraiment pas froid aux yeux ! Ces trois explorateurs français ont quitté l’Alaska (en Amérique de Nord) à bord de ce drôle de bateau, le 19 juin. Direction : l’île de Spitzberg, en Norvège. C’est la première fois qu’un voilier tente ainsi de traverser l’océan Arctique. Un océan… gelé ! Ces marins ont donc construit cette embarcation spéciale, baptisée Babouch’Ty, capable de voguer sur l’eau et de glisser sur la glace Malheureusement, ils ont dû faire demi-tour à cause de la météo, bien trop mauvaise… Et sont rentrés au Canada, le 9 septembre. Cette tentative leur a quand même permis de rapporter des échantillons d’eau et de neige pour aider les scientifiques à mieux comprendre la fonte des glaces.

  1.  En Afrique du Sud, les archéologues ont trouvé dans une grotte le plus vieux dessin au crayon jamais découvert ! Il représente des croisillons orange et daterait d’il y a 73 000 ans !


 

  1. Le premier touriste à faire le tour de la lune est… un milliardaire japonais. Yusaku Maezawa pourra inviter une centaine de personnes à bord de la fusée Space X. Décollage en… 2023


     

 

  1. Des chercheurs bretons ont installé des micros sous-marins pour mesurer le bruit dans l’océan : le son des bateaux ou des éoliennes en mer dérange les poissons et les crustacés.


 

  1. Sur l’ile de la Réunion, dans l’océan Indien, le piton de la Fournaise s’est encore réveillé ! Le 15 septembre ce volcan est entré en éruption… pour la quatrième fois cette année.


     

 

  1. A Omaui, un petit village du sud de la Nouvelle-Zélande, les chats ne sont plus les bienvenus. Certains habitants veulent même les interdire pour protéger les oiseaux et les reptiles.


 

  1. Des scientifiques allemands ont proposé à des perroquets de choisir : une graine maintenant ou un jeton, échangé plus tard contre une meilleure friandise ? La plupart on préféré attendre un peu…


     

 

  1. Miroir, miroir… Les singes ou les dauphins ne sont pas les seuls a reconnaitre leur reflet. Selon des chercheurs japonais, le labre nettoyeur commun (un petit poisson des mers tropicales) y parvient aussi.


 

  1. Aux Etats Unis, cinq petits écureuils gris se sont emmêlés leurs queues dans le nid ! Dur, dur pour se déplacer et grandir… Heureusement, ces petits rongeurs ont été secourus et séparés.

Paul Barton est un musicien très surprenant : depuis 2011, ce pianiste anglais joue de la musique classique aux… éléphants malades, aveugles ou à la retraite ! ce que semblent apprécier les pachydermes du sanctuaire de Eléphant’s World, près de Bangkok, en Thaïlande. Dès les premières notes de piano, certains se mettent à danser : ils se balancent, secouent leur trompe ou agitent leurs oreilles. Tout ça en rythme bien sûr ! La musique a aussi d’incroyables bienfaits sur ce public pas comme les autres. Selon Paul Barton, elle aiderait les éléphants stressés ou agressifs à se détendre. Comme nous !

Dans le Finistère, Gégé et Nanard sont devenus des stars. Ces deux beaux homards, l’un rouge vif et l’autre bleu, sont très rares. Ils ont été pêchés cet été au large des côtes bretonnes. Depuis, ils séjournent dans le vivier d’un restaurant à Roscoff. Mais les deux crustacés à la couleur exceptionnelle ne finiront pas en bisque : l’aquarium de Brest a décidé de les accueillir.

Les scientifiques n’en reviennent pas : cette espèce de Manchot, le gorfou du Fiordland, parcourt chaque année 7000 kilomètres à la nage pour manger ! Ces oiseaux marins quittent la Nouvelle-Zélande en décembre, pêchent un max en Antarctique, puis reviennent chez eux en février… Bien plus gros qu’avant leur départ. Étonnant, non, après un si long périple ?

Le 11 novembre 1918… 11 novembre 2018 : En 2018, c’était le centenaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Ton mag t’aide à comprendre ce moment historique.

11 heures, le 11 novembre 1918. Sur les Champs de bataille entre la France et l’Allemagne, les clairons sonnent. Puis, c’est le silence. Après plus de quatre ans de guerre, les combats s’arrêtent enfin. L’armistice a été signé quelques heures plus tôt : l’Allemagne a perdu la Première Guerre Mondiale. En France, le soulagement est immense. Pour les soldats, évidemment, qui ont risqué leur vie chaque jour. Mais aussi pour de nombreux Français, dont le quotidien est devenu rude à cause de la guerre : les femmes ont dû remplacer les hommes dans les champs et les usines, il n’y a pas assez à manger, plus d’école par endroits… Terra Reporter t explique tout de cette terrible époque qui s’achève le 11 novembre 1918.


01 ZONE OCCUPÉE

Depuis Aout 1914 et le début de la guerre, l’armée allemande occupe dix départements du nord et de l’est de la France. Les soldats nt emménagé dans les maisons. Ils réquisitionnent chaque jours la nourriture, les chevaux, le charbon, dont ils ont besoin… Les habitants ont faim et froid. Certains tombent très malades. En plus, l’armée surveille tout : le courrier est ouvert, contrôlé ou interdit, il faut autorisation pour sortir des villes et depuis deux ans, les Allemands obligent même certains hommes, femmes et enfants à travailler pour eux. Plus de 4 millions de lettres sont envoyées chaque jour en France (le courrier est alors gratuit). Pour garder le moral et donner des nouvelles, les soldats écrivent beaucoup à leur famille. Celle-ci leur répond, évidemment, et leur envoie parfois des habits chauds, du tabac ou de la nourriture. Et pour les soldats qui n’ont pas de famille, ou qui ne peuvent pas les joindre parce qu’elle vit en zone occupée ? Certaines écoles font appel à leurs élèves pour écrire aux Poilus. Et puis, surtout, il y a des marraines : ces femmes volontaires envoient des lettres et des colis aux soldats qui n’ont personne à qui écrire.


02 HOPITAUX DE SECOURS

Chaque jour, les batailles dont plus de 1 000 blessés et beaucoup d’entre eux ont besoin d’aller à l’hôpital. Au début de la guerre, les 900 hôpitaux militaires ont donc vite été débordés. Mais depuis 1915 au moins 1 500 écoles, châteaux, villas, hôtels, casinos et musées ont été transformés en hôpitaux et accueillent les Poilus (c’est le surnom donné aux soldats français) blessés. Et comme il faut du monde pour s’occuper d’eux, 70 000 femmes volontaires deviennent infirmières : ces anges blancs, comme on les appelle, aident les médecins et veillent sur les soldats.


03 A L’ÉCOLE DE LA VIE

L’école… Certains enfants n’y sont presque pas allés depuis le début de la guerre. Ils n’en ont pas le temps : les filles aident leur mère et cousent des vêtements pour les soldats. Les garçons, s’ils sont assez grands, rapportent un peu d’argent en vendant des journaux, en travaillant à l’usine ou dans les champs… De toute façon, les écoles ont bien changé : beaucoup ont fermé pour servir d’hôpitaux, ou parce que les maitres sont partis à la guerre. Et dans celles restées ouvertes, les leçons portent sur les combats, les efforts à faire pour le pays.


04 C’EST PAS DU JEU !

Fini les simples poupées et les petits trains en 1918, les filles se déguisent en infirmières, les garçons en soldats et ils jouent avec des chars et des canons miniatures… Bécassine et les Pieds Nickelés, des personnages de BD pour enfants, luttent eux aussi contre les Boches (c’est le surnom donné aux Allemands). Et le jeu de l’oie est par exemple devenu le « jeu du pas de l’oie renouvelé par les Boches » avec de méchants Allemands et des obus sur les cases. Le but de tous ces jouets ? Faire que l’Allemagne soit détestée par tous les Français… même les enfants.


05 BON PETIT SOLDAT

L’histoire du jeune Emile Després a connu de nombreuses versions. Des chansons ont même été consacrées à cet enfant-héros.


Devenir un héros, voilà qui fait rêver bon nombre d’enfants. Alors que le pays s’en sert : des dizaines d’histoires de bambins luttant contre les Allemands (alors qu’il faut avoir normalement au moins 17 ans pour partir à la guerre) sont racontées dans les journaux de l’époque. Celle d’Emile Després, un jeune de 13 ou 14 ans qui aurait donné à boire à un soldat français blessé, puis… tué un Allemand, est la plus célèbre. Mais est-elle réelle ? Difficile à dire, car elle fait partie de la propagande. Ce mot compliqué désigne des informations, parfois fausses, données à la population pour l’encourager à soutenir la guerre. Et ça marche : les enfants envoient des colis aux soldats et travaillent dur… Ils essayent d’être des héros au quotidien.


06 CENSURÉ

Des journaux avec des pages vides ? Cela arrive tous les jours depuis le début de la guerre. Car le gouvernement français applique la censure : toutes les informations qui risqueraient d’aider les Allemands ou qui ne seraient pas bonnes pour le moral des Français sont supprimées des articles. Les journalistes n’ayant pas toujours le temps de boucher les trous, de nombreux journaux paraissent avec des morceaux de texte ou des articles entiers en moins… Le courrier aussi est lu (les contrôleurs ouvrent au hasard jusqu’à 180 000 lettres par semaine) et s’il est trop triste ou contient trop de détails, il est raturé ou confisqué.


07 MUNITIONNETTES ET MIDINETTES

En 1914, les employés des usines et des bureaux sont surtout des homes. Mais en 1918, les choses ont bien changé : tous ceux âgés de 20 à 48 ans sont partis au combat. Les femmes les ont donc remplacés. Elles sont devenues postières, boulangères, ramoneuses, pompiers… et ouvrières dans les usines d’armements : 430 000 « munitionnettes », comme on les surnomme, fabriquent des obus (des sortes de bombes) dans le pays. Leur travail est dangereux et épuisant. Et mal payé : en 1915, les femmes gagnent deux fois moins que les hommes pour un même emploi ! Les grèves de 1917, comme celle des « midinettes » dans les entreprises de couture, ont permis d’augmenter quelque peu les salaires et d’obtenir, pour certaines, le samedi après-midi de repos en plus du dimanche. Un changement important !


08 PORTIONS CONGRUE

L’armée française consomme à elle seule 3 000 tonnes de nourriture par jour. Or, celle-ci est devenue rare, en partie parce que les champs du nord et de l’est de la France sont occupés par les Allemands. Alors, pour être certain qu’il y ait assez à manger pour les Poilus, le gouvernement français a mis en place un rationnement pour les civils : c’est-à-dire qu’en fonction de son âge, chaque français n’a droit qu’à une certaine quantité de pain, de sucre, de beurre, de viande… Des jours sans viande et sans pâtisserie sont imposés à tous.


09 A TRAVERS CHAMPS

Environs 2 millions d’agriculteurs sont partis à la guerre… alors 850 000 femmes, aidées de leurs enfants, ont essayé de reprendre leur part du travail à la campagne. Mais tout est plus compliqué : d’abord, il n’y a presque plus d’engrais pour faire pousser les plantes. Ensuite, une bonne partie des chevaux a été emmenée par l’armée et, comme les tracteurs sont rares, il ne reste que la force des bras pour labourer, semer, récolter… Ce qui est épuisant et moins efficace. Alors malgré le travail acharné des femmes et des enfants, les récoltes sont loin d’être aussi bonnes qu’avant… Il faudra attendre six années après la fin de la guerre, en 1924, pour que les champs produisent autant qu’en 1913.

  1. 28 juin 1914 : ASSASSINAT DE L’ARCHIDUC FRANCOIS-FERDINAND : Ce prince d’Autriche est tué par un Serbe lors de son voyage. L’Autriche veut venger sa mort et déclare la guerre à la Serbie le 28 juillet 1914.


 

  1. 03 aout 1914 : L’EUROPE ENTRE EN GUERRE : Avant 1914, des pays européens ont signé des accords pour s’entraider en cas de guerre. La France, la Russie et la Grande-Bretagne forment a Triple Entente, l’Allemagne, l’Autriche-la Hongrie et l’Italie constituent la Triple Alliance. A cause de ces pactes, la guerre entre l’Autriche-Hongrie et la Serbie s’entend à l’Europe : le 3 aout, l’Allemagne, la France, la Russie et la Grande Bretagne sont en guerre.


     

 

  1. 5-12 septembre 1914 : LA PREMIERE BATAILLE DE LA MARNE S’ENGAGE : Allemagne d’un côté, Français et Anglais de l’autre s’affrontent à l’est de Paris : Plus de 2 millions de soldats sont engagés dans ces combats destructeurs. Les taxis parisiens, qui aident à transporter 3 000 soldats jusqu’au front le 6 septembre, deviennent célèbres.


 

  1. Novembre 1914 : DÉBUT DE LA GUERRE DES TRANCHÉES : Les armées s’installent face à face au nord et à l’est de la France, et ne bougeront quasi plus pendant deux ans. C’est la guerre des tranchées : les soldats s’abritent, se défendent et attaquent depuis ces longs boyaux creusés dans le sol. Ils essaient d’y survivre malgré la boue, le froid et les rats.


     

 

  1. 21 février 1916 : LA BATAILLE DE VERDUN, EN LORRAINE, EST LANCÉE : Elle dure plus de 10 mois, pendant lesquels, 50 millions d’obus sont tirés. Verdun devient alors un symbole de l’horreur de la Première Guerre Mondiale.


 

  1. 1er juillet 1916 : DÉBUT DE LA BATAILLE DE LA SOMME : C’est la bataille la plus sanglante de la Première Guerre Mondiale : plus de 1,2 million d’hommes, notamment anglais et allemands, y sont tués ou blessés. Les armées n’ont bougé que de quelques dizaine de kilomètres lorsqu’elle prend fin le 18 novembre 1916.


     

 

  1. 6 avril 1917 : LES ETATS-UNIS ENTRENT EN GUERRE : Le conflit devient mondial, deux millions de soldats américains vont débarquer en France.


 

  1. 15 juillet 1918 : SECONDE BATAILLE DE LA MARNE : Les armées alliées lancent une attaque contre les Allemands au nord-est de Paris. Français, Anglais et Américains remportent des victoires qui conduiront à l’armistice quatre mois plus tard.


     

 

  1. 11 novembre 1918 : L’ARMISTICE EST SIGNÉ : L’Allemagne reconnait qu’elle a perdu la guerre et les combats s’arrêtent.


 

  1. 28 juin 1919 : UNE PAIX DIFFICILE : Après six mois discussions, le traité de Versailles est signé et met officiellement fin à la Première Guerre Mondiale. Mais les pays vainqueurs et vaincus s’opposent déjà sur les conditions de cette paix.

  

Les voitures en Lego existent depuis Longtemps. Sauf que ce bolide n’est pas comme les autres : c’est la reproduction, à l’identique et à taille réelle, d’une vraie voiture de sport ! Roue, volant, moteur… Tout est fabriqué avec les célèbres briques (avec plus d’un million !). Ce n’est pas tout : cette auto peut rouler jusqu’à 20 km/h grâce à 2 304 moteurs (ainsi que 4 000 engrenages) de jouets Lego. Délirant !