Anne Frank - Troisième partie
Reine Elisabeth II - Deuxième partie





CONTRIBUEZ EN OFFRANT  UN DON

Anne Franck

Troisième partie

Elisabeth II

Deuxième partie

Élisabeth est le premier enfant du prince Albert d'York (futur George VI) et de son épouse, Élisabeth. Son père est le second fils de George V et de la reine Mary et sa mère est la plus jeune fille de l'aristocrate écossais Claude Bowes-Lyon, Lord Strathmore. Élisabeth nait par césarienne à 2 h 40 le 21 avril 1926 dans la résidence londonienne de ses grands-parents maternels située au 17 Bruton Street à Mayfair1. Elle est baptisée par l'archevêque d'York, Cosmo Lang, dans la chapelle privée du palais de Buckingham le 29 mai. Elle fut nommée Élisabeth d'après sa mère, Alexandra d'après la mère de George V morte six mois auparavant et Mary d'après sa grand-mère paternelle. Ses proches la surnommaient « Lilibet ». George V adorait sa petite-fille et lorsqu'il tomba gravement malade en 1929, la presse populaire et ses biographes ultérieurs attribuèrent son rétablissement aux fréquentes visites de la petite Élisabeth qui avait trois ans.


La reine Élisabeth a une sœur, Margaret, de quatre ans sa cadette. Les deux princesses sont éduquées à la maison sous la supervision de leur mère et de leur gouvernante, Marion Crawford, surnommée « Crawfie ». L'enseignement se concentre sur l'histoire, l'élocution, la littérature et la musique. Au désarroi de la famille royale, Crawford publie en 1950 un livre sur l'enfance d'Élisabeth et de Margaret intitulé The Little Princesses (« Les Petites Princesses ») dans lequel elle décrit l'amour d'Élisabeth pour les chevaux et les chiens, sa discipline et son sens des responsabilités. D'autres corroborent ces observations ; Winston Churchill écrit au sujet d'Élisabeth alors qu'elle a deux ans : « Elle a un air autoritaire et une réflexivité époustouflante pour un enfant ». Sa cousine Margaret Rhodes la décrit comme une « petite fille joviale mais extrêmement sensée et bien élevée ».

Sa jeunesse

Le 3 septembre 1939, le Royaume-Uni entre dans la Seconde Guerre mondiale. Lors de cette période de conflit, alors que les villes anglaises sont fréquemment bombardées par l'aviation allemande, les enfants furent évacués dans les zones rurales. L'homme politique Douglas Hogg (en) suggère que les deux princesses soient évacuées au Canada mais cette proposition fut refusée par la mère d'Élisabeth qui déclara « mes enfants n'iront nulle part sans moi. Je ne partirai pas sans le roi. Et le roi ne partira jamais ». Les princesses Élisabeth et Margaret restent au château de Balmoral en Écosse jusqu'à Noël 1939 lorsqu'elles furent emmenées à Sandringham House dans le comté de Norfolk. De février à mai 1940, elles résidèrent au Royal Lodge (en) dans le Grand Parc de Windsor avant de s'installer dans le château de Windsor où elles restèrent pendant la plus grande partie de la guerre. À Windsor, la princesse organisa une pantomime à Noël pour soutenir le Queen's Wool Fund qui achetait de la laine pour tricoter des habits militaires. En 1940, Élisabeth, alors âgée de 14 ans, réalisa sa première allocution radiophonique durant une émission pour les enfants de la BBC dans laquelle elle s'adressa à ceux ayant été évacués :


« Nous essayons de faire tout ce que nous pouvons pour aider nos valeureux marins, soldats et aviateurs et nous essayons également de porter notre part du danger et de la tristesse de la guerre. Nous savons, chacun de nous, que tout se terminera bien. »


En 1943, à l'âge de 16 ans, Élisabeth réalisa sa première apparition publique seule lors d'une inspection des Grenadier Guards dont elle avait été nommée colonel en chef l'année précédente. Alors qu'elle approchait de ses 18 ans, la loi fut modifiée pour qu'elle puisse devenir l'un des cinq conseillers d'État (en) en cas d'incapacité de son père ou lors d'un déplacement à l'étranger comme durant sa visite en Italie en juillet 1944. En février 1945, elle rejoignit l'Auxiliary Territorial Service avec le grade honoraire de sous-lieutenant (second subaltern). Elle reçut un entraînement en conduite et en mécanique et fut promue capitaine honoraire (junior commander) cinq mois plus tard.


Le 8 mai 1945, les princesses Élisabeth et Margaret se mêlèrent anonymement à la foule en liesse dans les rues de Londres. Élisabeth déclara ensuite dans l'un de ses rares entretiens, « nous avions demandé à nos parents si nous pouvions sortir et voir de nous-mêmes. Je me souviens que nous étions terrifiées à l'idée que l'on nous reconnaisse… Je me souviens des files d'inconnus se tenant la main et descendant Whitehall, tous ensemble dans une marée de bonheur et de soulagement ».


Durant la guerre, le gouvernement chercha à plusieurs reprises à apaiser le nationalisme gallois en rapprochant Élisabeth du Pays de Galles. Il fut ainsi suggéré que la princesse devienne connétable du château de Caernarfon, une fonction exercée alors par David Lloyd George. Le secrétaire d'État à l'Intérieur Herbert Morrison envisageait de la nommer à la tête de l'Urdd Gobaith Cymru (en), l'organisation de jeunesse galloise. Les politiciens gallois proposèrent qu'Élisabeth devienne princesse de Galles à l'occasion de son 18e anniversaire. Ces projets furent abandonnés pour diverses raisons dont la peur qu'Élisabeth ne soit associée avec les objecteurs de conscience au sein de l'Urdd. En 1946, elle rejoignit le Gorsedd des bardes de l'île de Bretagne à l'Eisteddfod Genedlaethol.


En 1947, la princesse Élisabeth réalisa son premier voyage à l'étranger en accompagnant ses parents en Afrique australe. Dans une allocution au Commonwealth of Nations le jour de ses 21 ans, elle fit la promesse suivante :

« Je déclare devant vous tous que je consacrerai toute ma vie, qu'elle doive être longue ou brève, à votre service et au service de la grande famille impériale dont nous faisons tous partie. »

La seconde guerre mondiale

En tant que petite-fille d'un monarque dans la lignée masculine, le titre complet d'Élisabeth est Son Altesse Royale la princesse Élisabeth d'York. Elle est alors troisième dans l'ordre de succession pour le trône britannique derrière son oncle, Édouard de Galles et son père, le duc d'York. Même si sa naissance attire l'attention du public, il n'est pas prévu qu'elle devienne un jour reine car le prince de Galles est encore jeune et beaucoup pensent qu'il se marierait et aurait des enfants. En 1936, lorsque George V décède, son oncle monte sur le trône en tant qu'Édouard VIII et elle passe en deuxième dans l'ordre de succession. En décembre 1936, Édouard VIII abdique car son intention d'épouser Wallis Simpson, deux fois divorcée, cause une crise constitutionnelle. Le père d'Élisabeth devient alors roi sous le nom de George VI et elle devient l'héritière présomptive avec le titre de Son Altesse royale la princesse Élisabeth. Si ses parents avaient eu un fils par la suite, elle aurait perdu sa position d'héritière présomptive et son frère serait devenu le prince héritier au trône britannique. Élisabeth reçoit un enseignement privé en histoire constitutionnelle avec Henry Marten, le vice-président de l'Eton College et elle apprend le français auprès de gouvernantes dont c'était la langue maternelle. Une compagnie de guidisme, la 1re compagnie du palais de Buckingham est spécialement formée pour qu'elle puisse rencontrer des filles de son âge.


En 1939, les parents d'Élisabeth se rendent au Canada et aux États-Unis. Comme en 1927, lorsqu'ils se rendent en Australie et en Nouvelle-Zélande, Élisabeth reste au Royaume-Uni car son père considère qu'elle était trop jeune pour de tels voyages. Élisabeth « semblait au bord des larmes » au départ de ses parents. Ils échangeaient régulièrement des lettres et le 18 mai, ils réalisèrent le premier appel téléphonique transatlantique de la famille royale.

  

Heritière présomptive

Élisabeth rencontra son futur époux, le prince Philippe de Grèce et de Danemark de cinq ans son aîné en 1934 et 1937. Ils étaient cousins issus de germains par le roi de Danemark, Christian IX, et cousins arrière-issus de germains par la reine Victoria. Ils se rencontrèrent à nouveau au Royal Naval College de Darmouth en juillet 1939 ; même si elle n'avait que 13 ans, Élisabeth déclara qu'elle était tombée amoureuse de Philip et les deux commencèrent à échanger des lettres. Leurs fiançailles furent officiellement annoncées le 9 juillet 1947.


Cette relation ne fut pas exempte de controverses car Phillip n'était pas particulièrement riche, était né à l'étranger (même s'il avait été naturalisé à la suite de son service dans la Royal Navy durant la Seconde Guerre mondiale) et certaines de ses sœurs avaient épousé des princes allemands proches du parti nazi. Marion Crawford écrivit, « certains des conseillers du roi considéraient qu'il n'était pas suffisamment bien pour elle. Il était un prince sans maison ou royaume. Certains documents appuyaient clairement et fortement sur les origines étrangères de Philip ». Des biographies ultérieures avancent que la mère d'Élisabeth se serait initialement opposée à l'union en qualifiant même Philip de Hun (équivalent anglais de « boche »). Elle indiqua cependant vers la fin de sa vie à son biographe Tim Heald que Philip était un « gentleman anglais ».


Avant le mariage, Philip renonça à ses titres grecs et danois, abandonna l'Église orthodoxe de Grèce pour l'anglicanisme et adopta le titre de Lieutenant Philip Mountbatten en prenant le nom britannique de sa mère. Juste avant le mariage, il fut fait duc d'Édimbourg et reçut le prédicat d'Altesse Royale.


Élisabeth et Philip se marièrent le 20 novembre 1947 à l'abbaye de Westminster. Ils reçurent environ 2 500 présents venant du monde entier. Comme le Royaume-Uni ne s'était pas encore complètement remis de la guerre, Élisabeth imposa que des coupons de rationnement soient utilisés pour acheter le tissu de sa robe qui fut dessinée par Norman Hartnell. Les proches allemands du duc d'Édimbourg, dont ses trois sœurs ainsi que le duc de Windsor, l'ancien roi Édouard VIII, ne furent pas invités à la cérémonie.


Élisabeth donna naissance à son premier enfant, Charles, le 14 novembre 1948. Un mois plus tôt, le roi avait délivré des lettres patentes autorisant ses enfants à porter les titres de prince ou de princesse, ce qui leur était théoriquement interdit car leur père n'était plus un prince royal. Un second enfant, la princesse Anne naquit le 15 août 1950.


À la suite de son mariage, le couple loua Windlesham Moor près du château de Windsor jusqu'au 4 juillet 1949 lorsqu'ils s'installèrent à Clarence House à Londres. À plusieurs reprises entre 1949 et 1951, le duc d'Édimbourg fut stationné dans le protectorat britannique de Malte du fait de son rôle d'officier dans la Royal Navy. Élisabeth et lui résidaient alors dans le village maltais de Gwardamanga où ils louaient la résidence de l'oncle de Philip, Louis Mountbatten. Durant cette période, leurs enfants restèrent au Royaume-Uni.

Mariage