Accueil
Rétro | Terra Reporter


Robin des bois | Terra Reporter
Le club des super héros | Terra Reporter

Super Jaimie (en France) ou La Femme bionique (au Québec) (The Bionic Woman) est une série télévisée américaine de science-fiction et de fantastique en 58 épisodes de 47 minutes, créée par Kenneth Johnson et diffusée entre le 14 janvier 1976 et le 4 mai 1977 sur le réseau ABC, puis entre le 10 septembre 1977 et le 13 mai 1978 sur le réseau NBC.

Fiche express

  • TITRE ORIGINAL : THE BIONIC WOMAN
  • CRÉATION : KENNETH JOHNSON
  • GENRE : SCIENCE FICTION
  • ORIGINE  : FRANCE
  • POUVOIRS  : BRAS, JAMBES, OREILLES BIO-IONIQUES
  • PROFESSION PRINCIPALE : INSTITUTRICE
  • PROFESSION : AGENT SECRET O.S.I.
  • NOMBRE EPISODES : 58 ( 3 SAISONS )
  • PREMIÈRE DIFFUSION : 14 JANVIER 1976 – 13 MAI 1978 ABC – NBC
  • PREMIÈRE DIFFUSION FRANCAISE : 19 SEPTEMBRE 1976 – ANTENNE 2

Super Jaimie

14

JANVIER

1976

Carte d'identité

  • NOM : SOMMERS

  • PRENOM : JAIME ou JAIMIE

  • AGE : 27 ans au départ, 28 ans dans la saison 03

  • PHYSIQUE : Très grande, très mince, elle a une magnifique chevelure blonde et des yeux bleus.

  • PSYCHOLOGIE : Forte physiquement, elle reste fragile psychologiquement, le moindre problème émotionnel la perturbe.

  • STATUT : Fiancée à Steve Austin et sur le point de se marier, elle va rompre. Dans le dernier épisode, se fiance avec Edwards.

  • ORIGINES : Elle nait dans la ville d’Ojai en Californie, et y retourne après accident.

  • PROFESSION : Ancienne profession : joueuse et championne de tennis professionnelle. Nouvelle profession. Professeur niveaux 6 et 7 aux Etats-Unis.

  • SIGNE DISTINCTIF : Première femme bionique

  

L'homme qui valait trois milliards

En 1972, l’écrivain américain Martin Caidin publie Cyborg, un roman mettant en scène le premier homme bionique. A peine deux ans plus tard, les studios Universal, certains du potentiel du récit, confient à Kenneth Johnson le soin de l’adapter pour créer une série intitulée L’homme qui valait trois milliards. Le premier épisode lancé sur ABC en janvier 1974, trouve immédiatement son public. Dans le rôle-titre du Colonel Steve Austin, l’acteur Lee Major, célèbre déjà pour son interprétation dans La Grande Vallée, joue au côté de Richard Anderson qui, dans le téléfilm, es Oscar Goldman, directeur de l’O. S. I, l’Office Scientifique d’Information. Le docteur Rudy Welles complète l’équipe. Il sera incarné de 1974 à 1975 par Alan Oppenheimer et à partir de 1975 par Martin E. Brooks. Le scénario met en scène un colonel de la N. A. S. A., véritable héros national : il a eu le privilège de marcher sur la Lune ! A son retour, il se voit confier les essais d’un prototype, mais à l’atterrissage l’avion s’écrase. Rescapé miraculeusement, Steve Austin n’en ait pas moins grièvement blessé. Il perd ses deux jambes, son bras droit, et son œil gauche. Le Docteur Rudy tente alors l’opération de la dernière chance : il lui greffe ses membres bioniques. Le héros peut reprendre une vie normale mais ses prothèses ont couté à l’Etat américain la somme astronomique de 3 milliards de dollars ! Pendant sa rééducation, il se rend compte qu’il est devenu une sorte de surhomme à la force herculéenne, imbattable à la crouse, capable de sauter sans élan à plusieurs mètres de haut et doté d’une vue perçante. En contrepartie du coût de l’opération, il intègre l’O. S. I., proche du F. B. I. Devenu agent secret, son chef, Oscar Goldman, lui confie toute une série de missions, et ceci pendant 99 épisodes et 6 téléfilms. Le générique met en scène le crash d’un jet. Les producteurs de la série ont obtenu l’autorisation gouvernementale d’utiliser une scène réelle, il s’agit du prototype d’un avion Northrop M2-F2, piloté en 1967 par Bruce Peterson, qui sortira vivant de l’accident mais gravement blessé.

Une fiancée bionique

En 1975, pour séduire un public plus âgé, Steve Austin se fiance avec Jaimie Sommers. Restée orpheline très jeune après l’accident de voiture de son père et de sa mère. Jaimie est élevée par les parents de Steve Austin. Les jeunes gens partagent de nombreux souvenirs communs et s’aiment tendrement depuis l’enfance. Ils finissent par tomber amoureux l’un de l’autre. La jeune fille devient joueuse de tennis professionnelle et remporte de nombreux tournois. Mais lors d’un saut en parachute, elle s’écrase sur le sol. Elle perd ses deux jambes, un bras et une oreille dans l’accident. Steve, désespéré, supplie ses responsables de tenter la même opération que celle qu’il a subie. Malgré leur accord, l’épisode « La femme bionique », décliné en deux parties, se termine mal, Jaimie rejette les prothèses et meurt. Les téléspectateurs réagissent avec une rare violence. Ils envoient des milliers de lettres de protestation, refusant la mort de la jeune fille ! Les producteurs ne laissent pas passer une telle occasion, ils créent immédiatement un « spin off ».

Jaimie prend son indépendance

Pour démarquer les nouveaux épisodes de L’homme qui valait trois milliards de ceux de Super Jaimie, il parait évident que les deux amoureux ne pouvaient pas rester fiancés. La jeune femme va donc souffrir d’une amnésie partielle lui faisant oublier la période de son accident et ses projets de mariages. Elle retourne vivre dans la ville d’Ojai près des parents de Steve, mais ne ressent plus rien pour lui. Avec élégance, il patiente puis se retire définitivement. Il apparait ainsi dans les tous les premiers épisodes de la saison 01, dans un téléfilm intitulé L’homme et la femme bionique, et parfois de façon très furtive. Au cours de ses aventures, Jaimie rencontrera d’autres hommes puis finira par tomber amoureuse de William. Sa relation avec la patron de l’O. S. I., Oscar Goldman, est fort équivoque. Dans le dernier épisode de la série (le 22e de la saison 03), Oscar Goldman aide Jaimie et lui dit qu’il l’aime. Elle lui répond : » Moi aussi je vous aime bien ». Une douche froide à laquelle il ne semble pas faire attention. Il ne parait pas non plus jaloux de son nouveau fiancé, un de ses plus proches collaborateurs. Son amour n’est peut-être que paternel (il a presque le double de l’âge de la jeune fille).


Le rôle de Jaimie Sommers au sein de l’O. S. I. est moins important que celui de Steve Austin. Après son opération, Oscar ne lui demande rien, contrairement à son fiancé forcé de travailler comme agent secret pour rembourser le gouvernement. Elle ne peut plus jouer au tennis, sa force herculéenne la ferait tout le temps gagner, elle décide alors de devenir professeur, sa formation initiale. Elle entre ainsi comme institutrice à la base militaire d’Ojai. C’est elle qui sollicite de nombreuses fois Oscar Goldman pour intégrer l’O. S. I. Celui-ci finit par lui confier des missions, et elle se montre à la hauteur de sa tâche au point d’être demandée en permanence par le service. Elle perd alors le contrôle de sa vie privée, et, fragilisée psychologiquement, craque. Le dernier épisode de la série reste un des plus forts. Jaimie, très déprimée, a du mal à supporter d’être devenue « une femme robot ». Elle se révolte et décide de quitter l’o. s. i. Mais les services secrets américain refusent de lui rendre sa liberté, ils craignent que des puissances étrangères ne s’emparent d’elle. Ils proposent alors de l’envoyer dans un village, propriété de l’armée. La référence à la série mythique du Prisonnier paraît évidente. La jeune femme s’enfuit, puis trouve un accord avec son gouvernement. Elle accepte de continuer ses missions mais de façon plus espacée et en conservant sa vie privée.

Guerre froide sur fond de cybernétique

L’auteur et les scénaristes des séries L’homme qui valait trois milliards et Super Jaimie vont surfer sur deux des thèmes les plus populaires des années 1970 : la guerre froide et la science-fiction, ou plus particulièrement le cybernétique. Jaimie Sommers travaille pour les service secrets américains. Et d’où viennent ces espions ? Forcément d’Union Soviétique, de Cuba et de tous les pays communistes du monde ! Mais vont s’ajouter des personnages bien plus troubles, agents doubles ou triples, désirant la tuer ou s’emparer d’elle pour connaître les secrets de son corps. Pour cela, ils vont tout essayer, même lui faire croire que sa mère est encore vivante. Elle apprend ainsi qu’elle est la fille d’agents secrets.


De nombreux robots interviennent pendant les épisodes, Jaimie elle-même considère son corps comme une machine. Mais l’actrice a refuser de baser son rôle sur ses uniques capacités physiques. C’est pourquoi l’aspect psychologique du personnage est plus développé que dans la série de L’homme qui valait trois milliards. Le bruit métallique qui intervient chaque fois que l’héroïne passe à l’action va rester dans tous les esprits. Il sera repris pour Steve Austin mais seulement dans la troisième saison. La robotique et la cybernétique soulèvent les passions.


En 1977, le réalisateur Georges Lucas offre au monde son chef d’œuvre Star Wars. On ne peut cependant comparer les effets spéciaux de ce films à deux de la série. Parfois, celle-ci frise le ridicule et certains épisodes pourraient presque appartenir au cinéma Z.

Le rôle de la carrière

Lindsay Wagner a vu le jour en 1949 à Los Angeles. Ce mannequin passionné de théâtre est la nièce de la célèbre Sue Ellen Ewing du feuilleton Dallas, Linda Grey.


Elle débute sa carrière d’actrice en 1971, mais n’obtient que de petits rôle dans des téléfilms, jusqu’en 1975 où elle décroche le rôle de Jaimie Sommers dans L’homme qui valait trois milliards puis Super Jaimie. Sa carrière ne décollera jamais après la fi de la série qui l’a rendue célèbre. Elle retrouvera en 1983 l’acteur Lee Major dans trois épisodes de L’homme qui tombe à pic.

Autour de la série

  • L'idée du personnage de Jaimie Sommers est venue aux scénaristes alors que l'audience de la série L'Homme qui valait trois milliards avec Lee Majors battait de l'aile. À l'origine, Jaimie ne devait apparaître que dans un épisode double et mourir mais, à la suite de l'avalanche de courrier des fans, il fallut ressusciter Jaimie et lui créer sa propre série. De même, on ne voulait pas marier l'homme bionique, alors on rendit Jaimie amnésique et sa série fut créée.


 

  • En France, bizarrement, les épisodes de L'Homme qui valait trois milliards dans lesquels le personnage de Jaimie Sommers était présenté au public, n'avaient jamais été diffusés à l'époque de la première diffusion française de Super Jaimie. En outre, sans doute pour estomper le lien entre les deux séries, Antenne 2 commença la diffusion de la série Super Jaimie par le deuxième épisode de la première saison. Il faudra attendre la rediffusion sur La Cinq, pour découvrir des épisodes inédits de la deuxième saison, ainsi que ceux de la saison 3 dans un doublage réalisé au Québec. Quant au premier épisode (Welcome Home, Jaime part 1), jamais doublé, il ne fut présenté en France que dans les années 2000 sur la chaîne 13ème rue, exclusivement en version originale sous-titrée.


     

 

  • En France, le prénom originel de l'héroïne, « Jaime », a été francisé en « Jaimie ».


 

  • En anglais, le mot « bionic », se prononce phonétiquement « baillonique ». Afin de couvrir l'ouverture de bouche des comédiens américains qui traînent sur le « i » du mot « bionic », les doubleurs de la version française ont transformé le mot « bionique », en « bio-ionique ». Il s'agit là d'une prononciation totalement inventée, qui constitue une faute de français.


 

  • La série donne une plus grande place aux sentiments et à la psychologie de l'héroïne que dans L'Homme qui valait trois milliards, sans pour autant négliger l'action et les démonstrations bioniques.


 

  • L'épisode Les Naufragés (saison 1) est la copie conforme de l'épisode « Seuls les plus forts survivent » de L'Homme qui valait trois milliards.


 

  • Lors de la saison 3, on apprend que le premier être vivant sur qui ont été testés les implants bioniques, avec leurs risques éventuels pour un organisme humain, est un chien, Max, à la suite de graves brûlures (que Jaimie adoptera).

Guerre froide sur fond de cybernétique

L’auteur et les scénaristes des séries L’homme qui valait trois milliards et Super Jaimie vont surfer sur deux des thèmes les plus populaires des années 1970 : la guerre froide et la science-fiction, ou plus particulièrement le cybernétique. Jaimie Sommers travaille pour les service secrets américains. Et d’où viennent ces espions ? Forcément d’Union Soviétique, de Cuba et de tous les pays communistes du monde ! Mais vont s’ajouter des personnages bien plus troubles, agents doubles ou triples, désirant la tuer ou s’emparer d’elle pour connaître les secrets de son corps. Pour cela, ils vont tout essayer, même lui faire croire que sa mère est encore vivante. Elle apprend ainsi qu’elle est la fille d’agents secrets.


De nombreux robots interviennent pendant les épisodes, Jaimie elle-même considère son corps comme une machine. Mais l’actrice a refuser de baser son rôle sur ses uniques capacités physiques. C’est pourquoi l’aspect psychologique du personnage est plus développé que dans la série de L’homme qui valait trois milliards. Le bruit métallique qui intervient chaque fois que l’héroïne passe à l’action va rester dans tous les esprits. Il sera repris pour Steve Austin mais seulement dans la troisième saison. La robotique et la cybernétique soulèvent les passions.


En 1977, le réalisateur Georges Lucas offre au monde son chef d’œuvre Star Wars. On ne peut cependant comparer les effets spéciaux de ce films à deux de la série. Parfois, celle-ci frise le ridicule et certains épisodes pourraient presque appartenir au cinéma Z.