L'inspecteur Gadget - Deuxième partie
Maya l'abeille - Deuxième partie





CONTRIBUEZ EN OFFRANT  UN DON

L'inspecteur Gadget

Deuxième partie

Maya l'abeille

Deuxième partie

Dès sa naissance, Maya affirme sa singularité : avant même d’être sortie de la ruche, elle commence à poser des questions ! Et même si Cassandre, son institutrice, tente d’en faire une abeille laborieuse, Maya ne rêve que d’une chose : découvrir le monde… Elle va le faire, avec son inséparable ami, Willy, qui a pourtant toujours envie de dormir… Tous les deux se laissent emporter au gré des vents ou du courant, ils se nourrissent du sucre des fleurs, sans jamais avoir peur de rien…


Avec son zozotement légendaire, Maya interroge tout le monde. Et l’on découvre avec elle une multitude d’informations passionnantes sur la vie des insectes : les papillons, les mouches, les coccinelles, les fourmis… Maya prend carrément des risques quand elle se renseigne auprès des araignées ou des mantes religieuses… mais rien ne la décourage ! Flip la sauterelle, sorte de figure paternelle, est toujours prêt à bondir pour la sortir du mauvais pas….


En chemin, elle se fait des amis : Puck la mouche domestique, le comique de la bande, Max le gentil ver de terre mélancolique qui rêve de voler comme ses amis, Jérôme le mille pattes, Jean le taon ou encore Paul, le soldat de la grande armée des fourmis… C’est parce qu’elle adore aider les autres qu’elle rencontre tant d’amis.


Pour elle, « l’amitié consiste à toujours être là pour quelqu’un sans rien attendre en retour ». Et ils sauront bien le lui rendre quand c’est elle qui sera en danger…


Avec Maya l’abeille, des générations ont appris des principes de vie (la solidarité, la lutte, les étapes initiatiques…) et fait l’apprentissage de la vie des insectes : de quoi faire de cette série une valeur intemporelle…

L'histoire

Maya et ses aventures était d’abord un livre, écrit en 1912 (il y a plus d’un siècle !) par Waldemar Bonsels, qui fit le tour du monde et fut traduit en 28 langues ! Les lecteurs ne s’y sont pas trompés : l’auteur, passionné par les fleurs et les animaux, était aussi explorateur et globe-trotteur que son héroïne !

Le saviez-vous ?

Le 16 septembre 1978, l’émission du samedi animée par Denise Fabre et Pierre Douglas (assisté de Garcimore et ses tours) change de nom et devient Toujours le samedi. Deux nouveaux invités pour cette première : le feuilleton Kung Fu (rediffusion), et la plus belle des abeilles que l’on ait vue depuis longtemps… Cette petite abeille porte le nom de Maya. Pour les semaines à venir, elle partage la vedette avec des dessins animés comme Joli cœur et sac à puce et Les exploits de Mightor. Mais elle devient vite le rendez-vous préféré des enfants le samedi.


Il faut lui reconnaitre de nombreux atouts : épisodes plus longs, avec une chronologie (même sur la plupart des épisodes peuvent se voir dans le désordre) et un design qui diffère des autres…. Cachant cependant bien ses origines en partie nippones. Maya l’abeille est en effet l’adaptation d’un roman allemand et une coproduction entre l’Allemagne, l’Autriche et le Japon. L’auteur de la source d’inspiration, Waldemar a distillé un peu de lui dans sa création : voyageur et explorateur, sa petite abeille allait elle aussi avoir un goût certain pour l’aventure et se révéler curieuse de tout.


Aux côtés de Maya, les enfants découvrent dès le début qu’ils peuvent être des maitres de leur avenir : Maya est destinée à devenir une abeille laborieuse. Mais elle n’en fait qu’à sa tête et entraîne le somnolent Willy dans ses expéditions aventureuses.


Seconde série ? Les enfants de l’époque ne le remarquent certainement pas (l’aspect des personnages change légèrement), mais à partir du 29 mars 1980 débute la diffusion de la suite des premières aventures de Maya. C’est d’ailleurs annoncé à l’antenne. Il est souvent fait référence à cette saison comme datant de 1982, date de diffusion au Japon. Mais nous en avons bien découvert les épisodes dès 1980. Pour la France, 1982 sera en revanche l’année de sa consécration à la projection de ses aventures du grand écran. Un assemblage d’épisodes comme souvent. Cent mille entrées en trois semaines, tout de même.

Sa diffusion

.

L'oeil de la rédac